Qu’est-ce qu’une bonne estime de soi ?

Nous savons que l’estime de soi est un jugement que nous portons sur nous-mêmes, qui repose sur notre histoire, nos succès et les différentes interactions que nous avons avec les autres. Cependant, cela ne nous dit pas ce qu’est avoir une bonne estime de soi, mis à part avoir une opinion favorable de nous-mêmes, ce qui reste assez vague.

S’il est, en effet, difficile de le dire avec précision, c’est parce que l’estime de soi, par essence, subjective et qu’elle est bonne dans la mesure où elle ne nous fait pas souffrir. C’est celle qui nous permet d’avancer a notre rythme, de regarde notre vie passée sans amertume et notre vie future avec optimisme. Pour cela, elle doit avoir plusieurs caractéristiques. Elle doit être solide, pérenne et stable. Elle doit reposer sur plusieurs competences.

Si notre estime de nous-mêmes s’effondre à chaque fois qu’un malheur survient, c’est qu’elle n’est pas si assurée que nous le pensons. Evidemment, une bonne estime de soi n’empêche pas les moments de découragement, mais permet de ne pas tout remettre en cause à chaque aléa de la vie.

Elle permet de voir avec plus d’objectivité ce qui ne va pas, mais aussi ce qui va et de ne pas généraliser en cas d’échec (“Je suis nul de toute façon …”). C’est ce que l’on appelle faire preuve de résilience.

L’estime qu’on se porte peut reposer à la fois sur ses compétence scolaires, puis professionnelles, mais aussi sur sa capacité à fonder une famille et à avoir des amis fidèles. Elle repose aussi et surtout sur la connaissance et l’acceptation de nous-même, de notre passé, de nos faiblesses et de nos atouts. Multiplier les sources d’estime de soi est capital, car cela permet de ne pas être dévasté en cas d’échec dans un domaine, et de pouvoir se reposer sur ses autre compétences.

Multiplier les sources d’estime de soi est capital, car cela permet de ne pas dévasté en cas d’échec dans un domaine, et de pouvoir se reposer sur ses compétences (“Je me suis trompe sur ce point, mais je sais que je suis réactif et que je peux rattraper le coup.”). C’est ce que l’on appelle les répartition croisées. Si on se sur-investit dans un seul domaine et que l’on échoue, alors l’échec (ou la perte de cette compétence unique) est une véritable catastrophe. On peut même y prendre une bonne partie de son identité: quand on s’identifie à une seule compétence et qu’on la perd, alors on n’est plus rien. On parle, par example, de la dépression de jeune retraité, qui a l’impression de ne plus avoir d’indentité quand il n’a plus de travail à assurer…

Enfin, l’estime de soi doit également reposer sur des facteurs plus internes qu’externes. Quand on se regarde et quand on se juge uniquement à travers les yeux des autre, alors le danger est de chercher leur approbation toute sa vie, sans jamais être rassasié. Le risque est de vivre constamment sous influence et de se déresponsabiliser de tout ce qui nous arrive. Il est important de chercher l’estime des autre, mais cette dernière ne peut être solide que si vous estimez déjà vous-même et que vous prenez la responsabilité de votre devenir.

Comment reconnaît-on quelqu’un qui a une bonne estime de lui-meme

Avoir une bonne estime de soi, c’est d’abord s’accepter tel que l’on est. Tout le monde a un “soi idéal”, une image de soi parfaite et vers laquelle chacun tend, mais il faut d’abord connaître ses limites et ses atouts afin de choisir les bons moyens pour l’atteindre. C’est également se respecter et se voir comme l’égal des autres, et non inférieure ou supérieur à eux.

Toute vie humain a la même valeur. Il est important également de se faire une opinion de soi-même à partir de faits bien précis, et non pas à partir de jugements à l’emporte-pièce et de généralisations sauvages. Cela aide à déterminer ses responsabilités et à trouver des solutions concrètes pour s’améliorer, petit à petit, lentement mais sûrement.

À RETENIR

Une bonne estime de soi diffère selon les personnalités et la vie

  • comme c’est un jugement personnel et donc purement subjectif sur soi, il n’y a pas d’estime de soi “standard”. Un chef d’entreprise n’aura peut-être pas les mêmes objectifs ou attentes qu’un ouvrier (et heureusement!); elle doit seulement être suffisamment positive pour ne pas en souffrir.

Elle doit cependant remplir certains critères fondamentaux

  • quelle que soit la personne, l’estime de soi, pour être source de satisfaction et de bienfait, doit être stable et s’appuyer sur plusieurs compétence réelles et personnelles indépendantes du jugement d’autrui.

Elle aide à avoir une image de soi-même cohérente

  • accepter son passé, profiter du présent et préparer le futur… voici, de façon résumée, les principaux avantages de savoir s’estimer.

Auteur : Nicoleta AMZU

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.